frdeenprint

ESS Historique / 2014 / Mouvement II /

Performing the City

Du 26 au 31 août 2014

Performances artistiques en ville de Bienne
Fête d'inauguration le 26 août 2014 à 18 heures


Performing the City veut explorer systématiquement la qualité sculpturale du corps humain, sa matérialité, sa manière de négocier l’espace urbain public, et finalement  mettre en question l’aspect permanent des sculptures et les attentes qu’elles suscitent. Simultanément mis en danger par l’ubiquité des écrans et des représentations visuelles tandis qu’il continue à fonctionner en tant que lieu de production dans un paradigme post-fordien, le corps, objet vivant, palpable, est devenu plus important et plus impliqué que jamais. Ce sont de telles considérations qui ont influencé le regain d’intérêt de l’art contemporain pour la danse, une forme artistique qui jouera un rôle important dans la structure conceptuelle et littérale de cette exposition.


Dans sa brillante étude de la politique de la chorégraphie depuis le 18ème siècle, Social Choreography. Ideology as Performance in Dance and Everyday Movement, Andrew Hewitt va jusqu’à suggérer qu’il existe entre la logique de la danse et les structures qui sous-tendent la société moderne une relation qui ne se contente pas d’être métaphorique, mais qui est en fait intrinsèque. Il prétend que la danse est « l’espace dans lequel les potentialités sociales sont à la fois esquissées et vécues et que les chorégraphies de certains styles de danse constituent donc un schéma structurant de la pensée et de la réalisation d’une organisation sociale moderne. »


En accord avec ces réflexions, l’aspect public de cette exposition sera uniquement éphémère, de par le caractère fluide des performances qui mettront en évidence le corps à la fois matériel et vulnérable en opposition critique avec la monumentalité imposante des installations sculpturales qui ornent les espaces publics. En renonçant à la construction de podiums, les performances auront lieu au beau milieu des espaces publics. Elles exploreront la viabilité de ces espaces, leur capacité à s’adapter à ce type d’activités, et iront jusqu’à mettre en question leur existence même.