frdeenprint

ESS Historique / 1970 /

Introduction

Justus Imfeld


C’est la cinquième fois que l’exposition quadriennale présentant une vue d’ensemble de lasculpture suisse a été mise sur pied à Bienne ; nous pouvons donc voir avec fascination, depuis 16 ans, comment un genre artistique se développe constamment, se transforme, abandonne de l’ancien et crée du neuf, comment il insuffle inlassablement de la viemystérieuse à une matière pétrifiée et nous met en face d’œuvres captivantes et insolites et d’associations surprenantes.


Nous savons depuis longtemps qu’une sculpture spécifiquement « suisse » n’existe pas et que l’Art fait fi des frontières nationales, que notre art, lové en plein cœur de la culture ancienne, est constamment en dialogue avec ce qui nous entoure, que des grands courants charriés par les événements du monde l’influencent et qu’à son tour il influence notre environnement en le fécondant ; c’est avec un regard étonné que nous assistons à chaque fois à cette aventure, l’art en devenir qui trouve toujours des voies nouvelles et qui se déploie là où on le pressentait le moins.


La notion de « tailleur d’images » est dépassée depuis longtemps, on ne taille plus des images car cette technique s’est aussi adaptée à l’air du temps : désormais, on soude, fond, rivette et colle, on visse, scie, perce, on utilise un marteau pneumatique, on oxyde et de plus en plus souvent on pulvérise et peint ; la pierre, le métal, le bois, le verre et toutes sortes de matières synthétiques mystérieuses sont façonnés ainsi. Aucune matière, forme, surface ou couleur n’est trop singulière pour ne pas se muer en œuvre d’art.


Plus les temps sont difficiles et plus l’état du monde paraît menaçant, plus l’art semble être devenu plus vivant et fécond, et on ne se fourvoie pas en mettant ces deux éléments en rapport : plus les humains (pré)voient toute l’étendue de leur propre destruction, plus les artistes sont intensément à l’œuvre afin de créer un monde nouveau et meilleur.


Ce sont 100 artistes, 200 œuvres et au total 140 tonnes de matériel qu’a rassemblés Marcel Joray, l’inlassable et audacieux fondateur et directeur artistique de cette exposition. Deux caractéristiques lient ces œuvres : elles ont été créées par des artistes suisses ou en Suisse et réalisées au cours des quatre dernières années. On trouve de « vieilles connaissances » pour qui « Bienne » est devenu incontournable, mais aussi de jeunes artistes inconnus : Marcel Joray veille particulièrement à leur présence, puisqu’ils ont ainsi pour la première fois l’occasion de se présenter au public et de rivaliser avec les artistes connus.


Certes, il est impossible que tout ce qui est montré soit « plaisant » et le monde qu’il s’agit de recréer ne l’est pas non plus ; de même qu’il est impossible que chaque nouvelle voie tracée ici aboutisse. Mais cela rend l’aventure artistique d’autant plus séduisante : une quête à laquelle chaque observateur est convié.


Une fois de plus, la Confédération, le canton de Berne et la ville de Bienne en particulier ont apporté leur soutien actif, permettant ainsi que l’exposition ait lieu. Nous les remercions sincèrement ainsi que les nombreux bénévoles qui ont contribué à sa réussite.

Justus Imfeld


Traduction allemand – français  © Giselle Kellerhals